Fiches de 3 AS Toutes les filières; pour profs et étudiants

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل

Fiches de 3 AS Toutes les filières; pour profs et étudiants

مُساهمة من طرف Mansour yamina في الخميس ديسمبر 13, 2012 8:11 pm

[left
MON NOUVEAU MANUEL DES CLASSES TERMINALES, EN PROJET.
Pour toutes les filières.

Avant propos

Le présent ouvrage est un effort modeste, destiné aux apprenants, voire aux formateurs des classes terminales, préconisant une perspective de facilitation, de consolidation et d’information.
Le présent ouvrage est conforme, dans son ensemble au programme officiel, proposé par la tutelle.
Le présent ouvrage s’apprête dans son contenu à répondre, à certaines préoccupations pédagogiques, en donnant un coup de pouce qui, éventuellement pourrait permettre l’approche la plus simple et la plus fructueuse.
Les dessins qui interfère cet ouvrage sont authentiques et sont miens.

Mansour Yamina


Sommaire

projet 1 :Réaliser une recherche documentaire ( recueillir des informations) pour établir une synthèse.

sécu 1 : informer d’un fait d’histoire.
Séq 2 : Introduire un témoignage dans un fait d’histoire,
Séq 3 : Analyser et commenter un fait d’histoire.

PROJET 2 : Compte- rendu de textes argumentatifs.

Séq 1 : S’inscrire dans un débat : convaincre ou persuader.
Séq 2 : Prendre position dans un débat : concéder et réfuter.

PROJET 3 :Lancer un appel pour mobiliser pour une cause humanitaire.

Séq 1: Comprendre l’enjeu de l’appel et le structurer.
Séq 2 : inciter son interlocuteur à agir.

Projet 4 : Rédiger une nouvelle fantastique.

Séq 1 : Introduire le fantastique, dans un cadre réaliste.
Séq 2 : Exprimer son imaginaire dans une nouvelle fantastique

Séq 3 : comprendre l’enjeu de la nouvelle fantastique.





Séquence 1 : Informer d’un fait d’histoire.


Faire le point

Le texte historique s’exprime, souvent sous une forme narrative avec une perspective d’informer ou de souligner une idéologie ou de raconter des événements. Le texte historique est narré oralement ou par écrit.
L’exploration du texte historique se fait en vérifiant les points suivants :

- L’authenticité de l’information.
- Les textes ont une fonction référentielle.
- Le référent ou la référence.
- La progression chronologique qui va, en amont.
- Le mode du discours narratif.
- Le choix de l’alternance entre narration, description et action.
- Neutralité et impartialité dans la narration des événements mais concernant des faits comme les génocides, les exactions et les tueries, les narrateurs ne restent pas de glace et penchent vers l’implication personnelle ( l’empathie).
- Le présent de l’indicatif est le temps employé, par excellence.
- Les œuvres littéraires peuvent relatées des événements historiques : (le roman historique) « On dit que se sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire. »

Exposer
Mon projet : Je fais des recherches pour recueillir des information dans le but d’en faire une synthèse.
Je peux relater l’historique d’un ancien footballeur célèbre « Pelé », « Zidane »…, un chercheur connu « Cousteau », « Pasteur »…, un chanteur engagé «Aït Menguelet », un martyr culte « Tché Givara », « Ben Mhidi »… ou un événement comme, à titre d’exemple :
Le 1er novembre 54 ou le 8 mai 45…


Expression orale. ( vers l’écrit)

Comment je dois organiser mon travail de recherche ?
Je dois d’abord déterminer l’objet ou le thème de ma recherche, s’il s’agit d’un illustre personnage ou d’un événement marquant.
Pour un personnage, je dois retrouver les informations suivantes:
- Nom et prénoms ;
- Pseudonymes.
- Date et lieu de naissance.
- Parcours historiques : (actions, réalisations, exploits, violences et contraintes subies, héritage laissé aux générations futures ; accompagnés de la chronologie nécessaire (dates et indications de temps…)
- représentation biographique avec photo ou dessin, si possible.





Lecture analytique. ( Textes :pages 8/9/10) du manuel officiel.
Compréhension de l’écrit.

1/A quel domaine, chaque thème renvoie-il ?
- L’historique sportif, l’historique informatique et l’historique colonial.
2/ Les auteurs apparaissent- ils dans ces récits ?
- Non.
3/ Quel type de phrases est utilisée dans chaque texte ?
- Des phrases de type déclaratif.
4/ Des équipes de pays du monde, des joueurs célèbres de foot- des inventeurs de technologie de pointe- des figures historiques de la révolution algérienne, des lieux de massacre et de congrès, dans le territoire algérien.
5/ Pourquoi les auteurs utilisent le présent de l’indicatif ?
- Parce que le mode indicatif est le mode qui ne soumet pas les actions au doute, à la condition ou à l’hypothèse. L’indicatif est le mode de la réalisation des actions au passé, au présent ou au futur.
6/ Dans quel ordre les dates sont- elles données ?
- Dans un ordre chronologique ascendant. (de bas, en haut.)
7/ Comparez la 1ère date de chaque document au titre de ce dernier ; que constatez- vous ?
-On constate que chaque phrase comporte l’information essentielle qui explique et appuie le titre.
8/ Quel rôle la date joue- t- elle par rapport à la phrase qui l’accompagne ?
-La date est la référence temporelle de l’historique de chaque événement. Elle précise aussi l’évolution dans le temps des événements cités, (enchaînement chronologique).
9/Quelle est la visée communicative commune aux trois documents ?
-C’est une visée référentielle. Il s’agit d’une série d’informations classées par ordre chronologique pour enrichir la culture générale du lecteur.


2ème choix : texte page 20
C de l’écrit. « Chant populaire Kabyle. »
Réponses :

1/ Ce texte est transcrit de l’oral. Parce qu’il s’agit d’un chant populaire que l’auteur avait entendu.
2/ Il nous informe sur le débarquement des troupes coloniales en 1830 à Alger.
3/ Non, il ne les a pas vécu. Il les a rapporté par écrit
4/ Son point de vue est de relater un événement que son pays a vécu, à une époque de l’histoire.
5/ Les indications de lieu : Alger- Aït-Irathen- Larbaa- Icherriden-
Oui, elles sont suffisantes.
6/ A l’époque des résistances populaires « Lalla fatma n’soumer ».
7/ Les indications de temps sont implicites, il ne s’agit pas de dates précises.
8/ Il est dédié à une femme ; figure historique féminine : « Lalla fatma n’soumer ».
9/ Les métaphores : Alger du zouaoui- tel un torrent en crue- comme du gel ou de la neige qui déferle- un nuage de poussière qui s’élevait vers les cieux.

10/ Les chants populaires existent à travers le monde entier, surtout à une époque où il n’existai pas de médias.
Le chant se transmet de parents à enfants, pour préserver la mémoire collective des communautés et faire rappeler aux générations futures les pages lumineuses de l’histoire dont on ils sont généralement fiers ou pour transcrire oralement les endurances et les souffrances des ascendants qui gardent ainsi le lien avec les descendants dans la mémoire communautaire et dont la perspective est de rendre hommage et témoigner, fidélité. (La commémoration).

« Icheriden » : village situé à quelques kilomètres de fort- national. En 1857et 1871 la résistance Kabyle y combattit de front, les troupes françaises qui restèrent maîtresse du territoire.


Vocabulaire

Les indicateurs de temps et de lieu.

Texte : « La société européenne, d’Algérie » page 15 du manuel scolaire.

Je repère tous les indicateurs de temps et de lieu.

1/- En janvier 1840.
-De 1842 à 1846.
-En 1847.
-Après.
-De 1870.
Autres indicateurs de temps :
- plus tard- quelques années après- en ce temps- à cette époque- le siècle- le nouveau millénaire- séculaire- une période- le moyen âge- les années d’or- la date de ou du- peu après- au moment où- depuis- l’histoire s’arrête à/au…-ce fut…Etc.
2/ -Dans les grandes villes.
-Dans la préfecture de la métropole.
-De Provence et du Nord- Est.
-L’Algérie (l’exutoire).
- Du nord de la méditerranée.
- Paris.
- En Algérie.
- L’Alsace- La Lorraine.

Autres indicateurs de lieu.
- où – dans (en) - près de- loin de - aux frontières de – délimiter – aux abords de- à côté de – en limite avec- se situer- le périmètre- la zone de- le territoire- le pays- ville- village- département- wilaya- colonie- métropole- capitale- siège- l’espace- les points cardinaux : (nord- sud-est- ouest)- chef-lieu…etc.

Le champ lexical de l’histoire :

Documents- dates- temps- événements- personnalités- archive- documentation- livres- exploits- prouesses - réalisations- gloires- défaites- célèbres- marquants- indélébiles- oubliés- un mémorial- la mémoire collective- l’héritage commun- la communauté- le souvenir- rattraper- ouvrir sur- déclencher- stopper- l’étincelle-la flamme- allumer- éteindre- répandre- corriger- demeurer- authenticité- vérifier- fausseté- anniversaire de- célébrer- corroborer avec- écrire- réécrire- lire- comprendre- monuments- stèles- statues- tableaux- long- court- fabuleux- commencer- finir- politique- économie- société- culture- relations bilatérales- guerres- paix- vainqueurs- vaincus- triomphe- abdication- liberté- régimes- colonialisme- impérialisme- mondialisation…etc.

Grammaire.

La proposition subordonnée circonstancielle de temps.

J’observe et j’analyse.

- Les écologistes se manifestent/quand il y a des catastrophes écologiques.
-Les écologistes se manifestent/ lorsqu’il y a des catastrophes écologiques.

Lorsque = quand.


-Je dois être à la gare /avant que le train ne parte.
- Il faut attendre/ jusqu’à- ce- qu’il fasse preuve de sérieux.
- Je patiente/ en attendant que tu sois prêt.

{Avant que- jusqu’à- ce- que- en attendant que} + un verbe au subjonctif.
Le « NE » est un « ne » explicit et n’a aucune fonction de négation.

- La réunion commence/ alors que toi, tu
Traînes, encore avec ton bol de café.
- Je suis arrivé après que tu sois parti.
- Une fois que tu commences à parler, / on ne peut plus t’arrêter.
- Mon portable sonna/ au moment où je commençais à somnoler.
- Dès que j’aurai terminé, / je t’informerai.
- Depuis qu’il fait du sport, / il a perdu son gros ventre.

Les conjonctions de subordination de temps expriment l’antériorité, la simultanéité et la postériorité de la proposition principale par rapport à la subordonnée.



Conjugaison.

Le présent narratif de l’indicatif et les autres temps du récit.

Les récits historiques comme les autres récits peuvent être narrés au présent, au passé composé passif ou à l’imparfait et au passé simple.
Ceci n’altère en rien l’authenticité de l’information ou de la description, sachant que, la modalité indicative conserve la réalité de la narration des événements.





Texte page 20 « Chant populaire Kabyle »

Zouaves : le mot vient des Zouaouas, mercenaires vendant leurs services aux Turcs et que les Français recrutèrent pour en faire un corps de choc.

J’identifie tous les verbes et tous les temps.

Le présent : relate- déferle- accueille- arrivent- occupent- campent- consultons - vénérons- est.
L’imparfait : avançaient – étaient- s’élevait- étaient.
Le passé simple : envoya- confia- fut- fut- eut.
Le passé composé : s’est abattu-



Expression écrite
Réécrire le texte page : 10 « L’histoire de la guerre d’Algérie » avec des phrases verbales.

Le 8 Mai 1945, près de 45000 personnes ont été massacrées à Sétif, Guelma et Kherrata.
L’année qui suit ces massacres, c-à_d, en 46, deux mouvements sont crées : Le (UDMA) de Ferhat Abbas et le (MTLD) de Messali El Hadj qui crée une année plus tard, en 1947 L’organisation spéciale.
La guerre de libération nationale se déclenche le 1er novembre 1954, elle sera suivie deux ans plus tard, exactement le 20août 1956 de l’organisation du congrès de la Soumam qui débouche sur l’instauration du (CNRA) et du (CCE )
L’ONU joue aussi un rôle dans la médiatisation, à travers le monde de la question algérienne, le 20 septembre 1957.
Le (GPRA) le gouvernement provisoire de la république algérienne crée en 58 et présidé par Ferhat Abbas. Youssef Ben Khedda sera à la tête de ce même gouvernement, trois ans plus tard.
Le 19 mars 62 un cessez- le- feu et proclamé, le lendemain des « accord d’Evian »
L’exécutif provisoire est mis en place à Boumerdès, au mois d’avril 62 ;
99, 7% sont favorables à l’indépendance, lors du référendum du 1er juillet 62.
Enfin, le 2 juillet 62 l’Algérie est proclamée indépendante et les algériens sont redevenus libres.


Evaluation formative.

« Mathématiques et astronomie ».
Page 25

Compréhension

1/ Non. L’auteur ne se manifeste pas car il n’y a que la source de l’information qui est mentionnée, en bas du texte.
2/ Les découvertes énumérées des arabes sont : « Ils désignèrent le « zéro » qui devient un chiffre- le mot « algorithme » vient du grand mathématicien « Al Khawarizmi », père de l’algèbre- la désignation des inconnus par la lettre x- le grand poète Omar El khayam fournit la solution des équations du 3ème degré et a résolu des problèmes quotidiens ( calcul de surfaces- aménagement urbain...)- en astronomie, ils établissent le calcul des longitudes, réforment le calendrier, critiquent « Ptolémée » et construisent un modèle planétaire autour du soleil. »
3/ « C’est aux arabes encore… » C’est pour faire l’éloge et informer de leurs exploits et de leurs conquêtes scientifiques.
4/ Selon cette phrase Ptolémée, philosophe grecque avait émis une théorie mythique qui était que l’univers est formé de corps célestes dont la terre occupe le centre.
5/ L’auteur utilise le présent de l’indicatif parce qu’il relate des faits réels.
6/ Le 1ER § écrit au passé simple comporte l’information sur l’historique du zéro qui passe par plusieurs étapes successives.
Le 2ème § au présent est une énumération des exploits réels des musulmans, à travers l’histoire.

Production écrite

Vous voulez partager avec votre correspondant l’admiration que vous portez à un savant ou à un grand écrivain. Rédigez un texte pour lui faire connaître ce dernier.

Sir Fleming et Louis Pasteur.


Parmi les hommes qui ont changé le monde et ont participé à son soulagement, deux noms qui me sont bien chers, le premier un artiste dans l’art de guérir les hommes, le français « Louis Pasteur » qui avait beaucoup apporté au 19ème siècle car non seulement il inventa le vaccin contre la rage mais il créa aussi l’asepsie qui assure la protection contre l’invasion des microbes venus de l’extérieur et faute de laquelle, les chirurgiens ne peuvent opérer avec toute chance de succès.
Le second, le médecin anglais ou plus précisément écossais « Alexander Fleming » (1881-1955) qui au 20ème
siècle apporta un grand progrès, en découvrant la pénicilline et ses effets.
Cette substance produite par une moisissure devint le premier antibiotique qui sauva des milliers de personnes de la mort.
En septembre 1945 Fleming se rendit en France où il reçut le prix Nobel à l’Académie de médecine et où il dit :
« J’ai été accusé d’avoir inventé la pénicilline. Aucun homme n’aurait pu inventer la pénicilline car elle a été produite de temps immémorial, par la nature et par une certaine moisissure.
Non, je n’ai pas inventé la pénicilline mais j’ai attiré sur elle, l’attention des hommes »

« Le génie et la grandeur de ces grands hommes se révèlent dans leur simplicité et dans leur humilité. »


Victor Hugo

Victor Hugo (1802-1885) a été le plus populaire des écrivains de son siècle ; sans doute le pus connu des écrivains français. Ses œuvres sont d’une étendue et d’une variété prodigieuse.
Il avait épousé Adèle qu’il aimait, depuis l’enfance.
Il avait eu deux garçons, Charles et François, deux filles Léopoldine et Adèle.
Le 9 septembre 1843, au cours d’un voyage, il apprit par un journal que sa fille Léopoldine, jeune mariée et son gendre Charles Vacquerie s’étaient noyés, au cours d’une promenade sur la Seine. Sa douleur fut immense et la tragédie devait peser sur lui, pendant toute sa vie.
Le père a confié son désespoir dans un poème qui évoque l’enfance de sa fille.



« Elle avait pris ce pli »

Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin
De venir dans ma chambre un peu, chaque matin.
Je l’attendais ainsi qu’un rayon qu’on espère,
Elle entrait et disait : « Bonjour petit père » ;
Prenait ma plume, ouvrait mes livres, s’asseyait
Sur mon lit, dérangeait mes papiers et riait,
Puis, soudain s’en allait comme un oiseau qui passe.
Alors, je reprenais, la tête un peu moins lasse.
Mon œuvre interrompue, et tout, en écrivant
Parmi mes manuscrits, je reconnais souvent,
Quelque arabesque folle et qu’elle avait tracée
Et mainte page blanche, entre ses mains froissées, où, je ne sais comment, venaient mes plus doux vers.
Elle aimait Dieu, les fleurs, les astres, les près verts
Et c’était un esprit, avant d’être une femme.
Son regard reflétait la clarté de son âme,
Elle me consultait, sur tout, à tous moments.
Oh ! Que de soirs d’hiver radieux et charmants ?
Passés à raisonner langue, histoire et grammaire,
Mes quatre enfants groupés, sur mes genoux, leur mère,
Tout près, quelques amis causant, au coin du feu !
J’appelais cette vie être content de peu !
Et dire qu’elle est morte ! Hélas ! Que Dieu m’assiste !
Je n’étais, jamais gai quand je la sentais triste ;
J’étais morne, au milieu du bal, le plus joyeux
Si j’avais, en partant, vu quelque ombre en ses yeux.

Novembre 1846, jour des morts.







Séquence2 : introduire un témoignage, dans un fait d’histoire.

Faire le point

Dans la narration de certains événements historiques, le narrateur peut s’impliquer émotionnellement pour défendre ou dénoncer certains actes, être partisan ou opposant sans que le point de vue de ce dernier ne soit amoindri par une quelconque subjectivité car c’est la logique qui est de rigueur.
Un événement peut être narré, sous plusieurs angles selon la position affective, idéologique et identitaire du narrateur. C’est la prise de position : pour ou contre.
L’auteur peut pendre la position de témoin, à distance (ne pas confondre, narrateur et narrataire : auteur du récit et narrateur), sans s’impliquer directement mais il implique son lecteur pour l’influencer, le toucher et le persuader de ses propos.
Il n’emploie pas le pronom « je » mais il décrit avec une prise de position implicite.



Expression orale

Les enfants d’Hiroshima

Hiroshima est une ville d’environ
300 000 habitants, sur le bord de la mer intérieure du Japon.
A la fin de la seconde guerre mondiale, la première bombe atomique, lancée le 6 août 1945, fit, à Hiroshima environ 160 000 victimes, tuée et blessés.
En 1951, le docteur « Arata Osada » demande aux survivants, le récit de ce qu’ils avaient vu et subi.
Voici, selon la traduction publiée par le Figaro Littéraire, un de ces témoignages, pris parmi les deux mille qui ont été recueillis.



«… Bientôt nous entendîmes un bourdonnement et nous aperçûmes un petit aéroplane, dans le ciel à côté du sud- est.
Il a grandi de plus, en lus et est arrivé, au dessus de nos têtes et puis tout d’un coup voilà que quelque chose comme un parachute blanc tombe.
Cinq ou six secondes, plus tard, tout est brusquement devenu jaune.
Ca faisait le même effet que comme on reçoit le soleil, en plein, dans l’œil. Une seconde, plus tard : Boum ! Il y eut un bruit formidable… »

« …J’avais terriblement soif alors j’allais jusqu’au fleuve pour boire.
D’amont on voyait flotter sur l’eau un grand nombre de corps noirs, carbonisés. Je les repoussai pour boire. Sur la berge, il y avait des cadavres entassés. Parmi ces corps, il y avait y avait des gens qui n’étaient pas encore morts et des enfants qui hurlaient : « Maman ! »
Quand je vis les corps, j’avais déjà tellement l’habitude que ça ne me fit aucun effet. »

La bombe avait tué 60 000 personnes et fait environ 100 000 blessés, dans un rayon de 15 km, à partir du point d’explosion. Les immeubles, la plupart des constructions légères furent détruits.
Il y avait 200 000 personnes, sans abri.

Situation de communication.

1/ Quel est le fait, le plus désastreux qui a marqué la fin de la 2ème guerre mondial ?
- C’est le lancement des deux bombes atomiques sur deux villes du Japon « Nagasaki » et « Hiroshima » par les Américains.
2/ Qui rapporte les témoignage du désastre ?
- Le docteur « Orata Osada », un japonais.
3/ Le docteur était-il présent, lors de cet événement ?
- Non, il a recueilli le témoignage des survivants.
4/ Le témoignage rapporté vous touche- il, après tout ce temps ? Si oui pourquoi ?
- Oui. Parce que les conséquences du nucléaire sont désastreuses pour l’humanité, au long terme à cause des radiations qui persistent et causent des problèmes de santé très graves.
5/ Est- ce – que les catastrophes nucléaires sont causées, uniquement par les guerres ?
- Non. L’accident de « Chernobil, en 1982 qui a fait 80 000 morts à cause du retard qu’ont fait les autorités russes pour évacuer la ville et dans laquelle, les ingénieurs qui ont essayé de refroidir les trois réacteurs de la centrale même, ont péri douloureusement, quelques semaines, après leur exposition massive aux radiations .La centrale nucléaire colmatée, sous des tonnes de béton demeure, jusqu’ à présent une source de radiation pour la population, environnante de cette ville.
La catastrophe de « Fukushima », au Japon, aussi, après, le tremblement de terre et le tsunami, en 2011.

Depuis que les outils médiatiques ? audio- visuels ( télé, Internet ( réseaux sociaux…) sont apparus, les témoignages sur les événements se font par le biais de l’image et du son, avec toute l’objectivité et le réalisme qu ils peuvent fournir au large public, à travers le monde et en un temps record, contrairement au passé où la documentation et l’archive écrit étaient les seuls témoins, ainsi que des personnes survivantes (les témoignages).





Compréhension de l’écrit.

Texte : Histoire du 8 mai 1945
Répression sanglante, dans le nord constantinois. Page :30 du manuel.

Lecture analytique

1/ Que pouvez- vous dire à propos du thème ?
- L’événement et la date sont liés au massacre et à l’exaction de manifestants pacifistes par l’armée française et qui a fait 45000 victimes, dans l’est algérien, à Guelma et Kherrata et Sétif. Après la 2ème guerre mondiale, à laquelle de nombreux soldats algériens ont participé, après la victoire des alliés sur l’Allemagne nazie ; les algériens sont sortis manifester leur joie et revendiquer à leur tour, le droit à l’indépendance et à l’Algérie algérienne que les Français leur ont promis. Les conséquences étaient dramatiques : des villages anéantis avec leurs habitants, des condamnations à mort fortuites et sans jugement, des milliers de prisonniers, des partis et des mouvements politiques dissous, l’exil, l’élite a été pourchassée par des milices, tuée et enterrée dans des fausses communes. Ni femme, ni enfant, ni vieux n’a pu échapper au massacre aveugle.
2/ Dites à quel type appartient ce texte ?
- Ce texte est de type narratif, c’est un récit historique.

3/ « L’Algérie revendicatrice » :
- « A bas le colonialisme ! »
- « Vive l’Algérie indépendante ! »
- « Libérez les détenus politiques ! »
- « Libérez Messali ! » ; celui- ci est condamné à 16 ans de prison, en 1941 après avoir geler ses avoirs et fut exilé à Brazzaville, au Congo

4/ Dignement # Ses instincts les plus bas.

5/ Les personnages : Henri Benzet- Ferhat Abbas- l’inspecteur Laffont- le porteur de la pancarte- les policiers- les manifestants- les troupes françaises- les légionnaires du colonel Bourdillat- fellahs- femmes- enfants- vieillards- les morts.
6/ « C’est à la suite de l’intervention des policiers et des soldats dans les villes de garnisons que les bagarres commencèrent. » avoua Henri Benzet.
(Colon français).

Ferhat Abbas témoigna de Sétif : «Le 8 mai 1945 est un mardi, c’est le marché hebdomadaire. La ville de Sétif abrite ce jour- là entre quinze mille fellahs et commerçants, venus des régions les plus éloignées. »
(Militant algérien).
7/ Avoua. Henri Benzet n’est pas présent dans les manifs mais il reconnaît son implication dans la provocation des manifestants pacifistes et reconnaît les ordres donnés pour les échauffourées qui dégénèrent en massacres.
Témoigna : Ferhat Abbas est présent et fait un constat de l’ampleur des pertes humaines qui furent, car c’était un jour de marché. Il nous informe aussi sur la classe sociale des manifestants.
8/ L’auteur insiste sur son aspect pacifiste.
9/ La réaction de l’occupant est décrite de manière à montrer qu’elle était une vengeance, des représailles et des crimes contre l’humanité et qui doivent être jugés et sanctionnés. L’occupant s’est acharné sur des gens simples, inoffensifs et sans armes.
10/ L’auteur veut montrer au monde que en cette date des milliers de personnes n’avaient pas mérité le sort que la haine aveugle, l’inhumanité, la lâcheté et la folie des hommes avaient engendrées.
Il veut montrer qu’il s’agissait d’une boucherie et d’une exaction et que c’était un crime contre l’humanité dont les commanditaires auraient dû être punis, même ultérieurement.














2 ème texte

« Dans la gueule du loup » de Kateb Yacine page : 38 du manuel

Lecture analytique. C de l’écrit.

1/ « Présents et absents », le poète parle du peuple algérien.
2/ Il fait référence au martyres morts dans les champs de combats et des militants qui continuent leur lutte.
3/ « Les vieux murs qui chantent, reste Barberousse » ces vers renvoient à la période du colonialisme français, depuis 1930.
4/ « Les poing d’enfants » symbolisent la résistance du peuple algérien au colonialisme français.
5/ « L’école du soir », il s’agit de l’armée nationale et du front de la libération de l’Algérie.
6/ A.L.N/ F.L.N C’est l’école du soir tel est notre alphabet.
D’inébranlables volontés sur tous les murs sont écrites.



Vocabulaire

La description méliorative

A/ Dans ce cas, on est partisan et on défend.

- Citer les qualités.
- Défendre.
- Sensibiliser le lecteur.
- Jouer sur sa fibre émotionnelle pour en faire un partisan.
- Relater les événements avec une prise de position implicite pour faire valoir l’opinion majoritaire.
- Le lecteur déduit une réalité que les autres peuvent comprendre comme lui l’a comprise. C’est l’adhésion. Il manifeste sa sympathie, sa douleur, sa compassion, sa révolte contre…, sa fierté, son respect…

- L’auteur est complice avec le lecteur. Ils peuvent supposer être du même avis.

- Ils sont touchés et affectés par les violences et les injustices subies.



La description péjorative

B/ Dans ce cas, on est opposant

- Citer les défauts
- dénoncer, s’indigner, se révolter contre…
- Monter le lecteur contre…
- Jouer sur sa fibre émotionnelle pour en faire un opposant.
- Relater les événements pour dénoncer et faire révolter le lecteur.
- Le lecteur réagit et s’implique avec l’auteur, dans son refus, sa colère, son antipathie, son mépris…
- Ils sont touchés et affectés par les violences et les injustices infligées aux autres.

Grammaire

L’expression de la comparaison.
La proposition corrélative.

On range, souvent ces propositions parmi les adverbiales ou (circonstancielles) ; elles appelles des adverbes et des adjectifs.

- Tout indigène, citadin ou rural loyaliste ou militant, était considéré /comme une victime qu’il fallait abattre sans pitié.

- J’aime la tranquillité /plus que tout.
- Il travaille avec tant de passion / qu’il oublie le temps.
- La guerre est pire/ que tout autres catastrophes.
- La paix est meilleure/ que la guerre.
- Il m’a été trop bon/ que je ne peux lui faire de mal.
- Cette classe est moins grande/ que je ne l’aurai imaginé.
- Il est plus généreux / que son frère.

Les propositions corrélatives sont souvent « averbales » c-à-d qu’elles ne comportent pas de verbes conjugués.
Le mot corrélatif exprime « un degré ».



Conjugaison

Le passé simple.

Morphologie et emploi.

- De grandes manifestations furent organisées.
- L’Algérie revendicatrice défila.
- Les manifestants eurent un caractère pacifique.
- Henri Benzet donna libre cours à ses instincts.
- Ferhat Abbas témoigna de Sétif.
- Les policiers se regroupèrent.

Dans un récit historique ou littéraire, le passé simple est employé, dans le déroulement des événements où les actions reprennent de la vitalité et de l’avance. Les actions sont brèves et se succèdent, dans un ordre logique et chronologique.

Être Avoir

Je fus J’eus
Tu fus Tu eus
Il (elle) fut Il (elle) eut
Ns fûmes Ns eûmes
Vs fûtes Vs eûtes
Ils furent Ils eurent

Terminaisons
Le 1er groupe Sad ai- as- a – âmes- âtes- èrent)

Le 2ème groupe : ( is- is- it- îmes- îtes- irent)

Le 3ème groupe :
( ai- as- a – âmes- âtes- èrent) aller.
(is- is- it- îmes-îtes- irent) : rire, prendre, écrire, voir, mettre…
( ins- ins- int- înmes- îtes- inrent) : venir, tenir, teindre, craindre…
( us- us- ut- ûmes-ûtes- urent) : savoir, devoir, recevoir, courir…



Orthographe

L’accord
Ecris le passage suivant, à la 3ème Personne du pluriel féminin.

« Nous supportions la faim, le froid, les poux, les fameuses listes blanches…mais notre grande terreur, c’était « Bouchkara » l’homme à la cagoule. Lorsque l’une d’entre nous l’apercevait, au loin, elle rentrait l’œil dilaté pour l’annoncer. »
M Kaddache



« Elles supportaient la faim, le froid, les poux, les fameuses listes blanches…mais leur terreur, c’était « Bouchkara » l’homme à la cagoule.
Lorsque l’une d’elles l’apercevait, elle rentrait, l’œil dilaté pour l’annoncer ».

Expression écrite

En quelques lignes, rapportez un témoignage sur un événement dans lequel le narrateur exprime sa prise de position.

Un mois tragique, une semaine historique.

En avril 1945, la victoire des alliés sur le nazisme et le fascisme n’était plus qu’une question de jours.
Le parti préparait fiévreusement les manifestations du 1er mai : La fête du travail pouvait être l’occasion historique de réaffirmer, à côté des revendications économiques et sociales, l’aspiration nationaliste.
Il y eut des manifestations dans la plupart des grandes villes. A Alger elles revêtirent un caractère massif : Deux cortèges, l’un partant de Belcourt et l’autre de la Casbah, devaient converger vers la grande poste et le palais du gouvernement général, c'est-à-dire le cœur administratif de la capitale. La police intervint vigoureusement pour empêcher la jonction des deux cortèges, débordés par les travailleurs, les forces de l’ordre tirèrent.
On devait relever sept morts et des dizaines de blessés.


Hocine Aït ahmed « Mémoires d’un combattant »




Evaluation formative.

Page 43 du manuel

Compréhension.

1/ Etudiez le système de l’énonciation, à travers les indices contenus dans ce texte et la progression thématique adoptée par l’auteur.
- Au 15ème siècle- d’abord- le début- ainsi- au 16ème siècle- puis- en quelques années- puis- pour un temps- en un siècle- au début du 17ème siècle.
Ils font prisonniers des noirs-
Ces esclaves vont devenir la principale marchandise- la naissance d’un nouveau type d’esclavage- la déportation de quelque douze millions d’hommes et de femmes- les espagnols et les portugais ont acquis un véritable empire colonial- l’arrivée d’une dizaine de milliers de d’esclaves dans les plantations de canne- à - sucre- on fait venir plus de 75000 noirs des côtes africaines- 300 000 esclaves venant d’Afrique sont livrés en Amérique.
2/ Ce récit suit- il l’ordre chronologique des événements ?
-OUI.
3/ Placez sur l’axe du temps les faits, dans l’ordre chronologique où ils se sont déroulés et indiquez les passages du texte qui leur correspondent.



Passé Présent Futur


- 15ème siècle, font prisonniers
- coûte
- commença
- 16ème siècle ont acquis
- voient arriver
- gagne- font venir
- Début du 17ème siècle, sont livrés.

Le présent narratif ici, sert à raconter des faits passés donc les verbes au présent sont à mettre, dans la colonne du passé.

4/ L’auteur, relate-t-il, en s’appuyant sur des documents ou raconte-t-il des événements qu’il a vécus ? Justifiez votre réponse.
- L’auteur relate, en s’appuyant sur une documentation car il ne peut pas vivre, pendant trois siècles
consécutifs.
5/ Donnez du texte, les causes de l’esclavage et les conséquences qu’il a entraîné.
- Les causes : pour financer leur voyages- permettre la mise en valeur de l’Amérique-
- Les conséquences : La déportation de quelques 12 millions d’hommes et de femmes- Les Espagnols et les Portugais ont acquis un véritable empire colonial- plus de 75000 noirs ont été ramener des côtes africaines pour être exploités dans les plantations de canne- à -sucre- 300 000 esclaves africains sont livrés, en Amérique.

Note : Les noirs américains sont pour leur majorité des Africains qui ont été exploités, mal traités et torturés par les blancs, jusqu’à l’abolition de l’esclavage par le président Américain « Abraham Lincoln » qui a été assassiné par la suite, par un blanc extrémiste. Les noirs jusqu’à nos jours subissent les conséquences de la ségrégation raciale et représente la catégorie la plus pauvre même aux U.S.A dont le président actuel est un blanc dans un corps noir comme le qualifient certains médias américains.
Séquence 3 : Analyser et commenter un fait d’histoire.

Expression orale

Le 1ER novembre 54, le peuple algérien s’est soulevé pour arracher sa liberté.
(Le thème est vu en histoire et l’événement est commémorer, chaque année, à la télévision nationale.)

Les hommes du 1er novembre ?
- Mohamed Boudiaf, Krim Belcacem, Mustapha Ben Boulaïd, Hocine Aït Ahmed, Larbi Ben Mhidi, Didouche Mourad, Rabah Bitat…)
- Jour du déclenchement de la guerre révolutionnaire ?
- La nuit du dimanche, au lundi, à 1h du matin ;
- Des explosions sont entendues, à travers tout le territoire.
- Distribution de tracts qui appellent à l’engagement dans l’armée de libération.
- Annonciation de la guerre par radio, depuis la voix des arabes, en Egypte.

- Le côté militaire ?
- Sous le commandement de Ben Boulaïd, des armes et une armée bien entraînée ont été préparées et organisées, loin des conflits partisans.
- Le côté stratégique ?
- La relief difficile de la 1ère zone, au climat rigoureux et à l’accessibilité frontalière avec la Tunisie, le Maroc et la Libye pour l’acheminement des armes.
- Confiance du chef de zone, dans la capacité de résistance, pour une période, allant jusqu’à 8 mois.
- Les autres zones peuvent, alors mieux se préparer, au cours de ce temps.
-Diplomatiquement et médiatiquement ?

Les Français considéraient que la révolution n’était que l’action de quelques hors la loi et que l’Algérie française est l’affaire intérieure des Français, soutenus par les pays de L’OTAN et les USA.

- La répression française ?
Les attaques menées sur la 2ème zone :
- Les compagnes d’exaction massives menées par le général « Massu ».
- L’installation des lignes « Maurice et « Chal» pour fermer les frantières avec la Tunisie et le Maroc.
- Assassinat de Didouche, chef de la 2ème zone, dans l’est canstantinois. Arrestation de Ben Boulaïd, chef de la 1ère zone, aux Aurès et de Rabah Bitat, chef de 4ème zone.

- La riposte fut par Zighoud Youcef, le 20 août 1955.
- L’union des zones 1 et 2 et la décision de continuer la révolution pour l’auto détermination, dans tout le territoire algérien.
- Tout le peuple est mobilisé, femmes, enfants, jeune et vieux.
- La cause algérienne attire l’opinion internationale.
- L’insurrection et les désertions de militaires français.
- Les colons sont touchés, dans leurs territoires : plaines et villes.
- Ripostes massives et sanguinaire, de la part des français, après chaque victoire des Algériens.

Le congrès de la Soumam ?
Organisé le 20 août 56 qui décrétait :
- L’unité militaire, stratégique et politique.
- Mise au point d’une nouvelle carte territoriale et une nouvelle stratégie militaire.
- Organisation des conseils populaires et sensibilisation des couches sociales républicaines.
- Définition des tâches militaires, politiques ainsi que les renseignements et la communication.
- La transmission de la guerre, au cœur même de la France.
- Division du territoire, en 6 départements, chacun gouverné par un lieder politique, représentant de la politique centrale.

Période de la guerre révolutionnaire ?

La révolution a duré sept ans et le tribu a été lourd pur les Algériens qui menaient une guerre inégalée contre un ennemi qui comptait parmi les forces de l’OTAN qui a mené des guerres contre des pays : « guerre d’Indochine » où des Algériens y avaient laissé leurs vies.
« 1 million et un demi million de martyrs » des hommes, des femmes et des enfants dont le courage et la bravoure ne peuvent qu’alimenter la plus grande leçon de liberté.





Compréhension de l’écrit

Texte : L’espoir des peuples colonisés. Page : 50 du manuel

Hypothèses de sens :
- A quoi aspirent les peuples colonisés ?
- Quel est le prix de la liberté que le peuple algérien avait payé ?
- Y- a- il, au monde un seul peuple qui mérite d’être colonisé ?
- Quelles sont les raisons pour lesquelles, des pays peuvent être colonisés ?
- Pourquoi les civils et les innocents sont la catégorie qui paye lourdement de sa vie, dans les guerres ?
- Est ce que les guerres peuvent, un jour cesser, à travers le monde pour faire régner une paix universelle?

1/ Celui qui narre, se manifeste-il, implicitement ?
-Oui.
2/ Quelle date l’auteur cite-il, dans le texte ? De quelle date s’agit-il ? Justifiez votre réponse par des éléments du texte.
- 1945 : - La chute des positions allemandes, en Europe ? Le bombardement de « Hiroshima » et « Nagasaki », en Asie- La reddition de l’Italie – La pendaison de « Mussolini » et le suicide d’ « Hitler » : La fin de la 2ème guerre mondiale.
3/ Quelle est l’étendue géographique concernée ?
- le monde entier. (fin de la 2ème guerre mondiale)
4/ Que représente l’année 1945, dans le monde et le 8 mai 45, en Algérie ?
- Elle représente la victoire des alliés sur le Nazisme et le fascisme, dans le monde et représente pour les Algériens, l’insurrection et la mutation psychologique et politique.
5/ Que veut l’auteur nous dire, en mettant les événements qui ont eu lieu, en Algérie avec ceux qui ont eu lieu, dans le monde, à la même année ?
- L’auteur veut nous transmettre l’espoir de la paix et de l’indépendance, auquel aspirent, tous les peuples qui vivent sous le joug de la dépendance et du colonialisme.

Vocabulaire

Les connecteurs temporels ou les indicateurs de temps.

Le texte argumentatif est organisé de manière à avoir, une corrélation logique entre ses trois parties :
- La thèse.
- L’antithèse.
- La synthèse.
Les introducteurs et les organisateurs d’arguments : les indicateurs de temps comme : d’abord- ensuite- enfin- puis- en plus- en outre- également- d’une part – d’autre part- par ailleurs- en premier lieu- en deuxième lieu- en troisième lieu…
Car- parce que- mais- bien que cependant- donc- alors- en conséquent…

Grammaire
L’expression du temps

a/La simultanéité( en même temps)

- Il arriva /au moment où je m’apprêtais à sortir.
- Elle lit tandis qu’il travaillait, au jardin.
- Je reste ici pendant que tu te prépares.
- Nous restions abrités sous un arbre alors que la pluie avait déjà cessé.

Quand et lorsque, (surtout usité dans la langue écrite) servent, à la fois pour la simultanéité et pour la postériorité.
- Je songeais à mes examens quand d’un coup, je heurtai une grosse pierre, avec le pied gauche.

b/ L’antériorité ( avant)

- Je me lève avant que mon réveil ne sonne.
- Tu es puni jusqu’à- ce- que tu lui fasses des excuses.
- La voiture est chez le mécanicien en attendant qu’elle soit réparée.

Quand il y a antériorité, le verbe de la PSC de temps est au mode subjonctif.

c/ La postériorité (après)

- Après qu’ils aient versé leurs sangs, la patrie leur ré- appartient.
(Subjonctif passé)
- Une fois qu’il a fini de manger, il monte, calmement, à l’étage.
- Dés que j’aurai un peu de temps, je passerai te voir.


Conjugaison

Le mode subjonctif

Valeur fondamental : Le subjonctif
indique que le locuteur ne s’engage pas sur la réalité des faits, contrairement au mode indicatif.

a / Le subjonctif comme prédicat de phrase.
(Le prédicat est ce que l’on dit du sujet)
Lorsque l’impératif n’est pas disponible c-à-d à la 3ème personne :
- Qu’il reprenne son travail !-
- Qu’ils reposent, en paix !
- …Qu’il le veuille ou pas !

b/ Dans les phrases de type exclamatif.
(Hypothèse avec réprobation)

- Que je fasse ce travail !jamais !
- Qu’elle lui vienne, en aide, n’est point envisageable !

c/ Le subjonctif comme prédicat de propositions.

- La subordonnée de temps, avec : (avant- que- en attendant que- jusqu’à- ce- que) (après que)
- La psc d’opposition ou de concession avec : (malgré que, sans que)
- La psc de condition avec : (à condition que)
- La psc de but avec : (pour que- afin que)

Le présent du subjonctif : le présent s’emploie quand il s’agit du présent ou du futur.
- Qu’il vienne.

Le passé : Le passé s’emploie quand il s’agit d’un fait passé par rapport à un fait présent ou futur.
- Qu’il soit parti quand je rentrerai.

Orthographe

Les adverbes de manière

a/ Les adverbes, en MENT

Adj masculin adj féminin +ment

- fier fière fièrement
- froid froide froidement
-courageux-courageuse- courageusement
- attentif attentive attentivement
- rapide rapide rapidement
- facile facile facilement

b/ Les adverbes, en MMENT

Adjectifs en ant et ent

- Fréquent Fréquemment
- Récent Récemment
- Violent Violemment
- Courant Couramment
-Vaillant Vaillamment
- Brillant Brillamment


La technique d’expression : La synthèse de documents.

Synthèse des 3 documents :

Introduction :

La revendication du droit à la liberté et à l’indépendance ne demeure plus le souci de la révolution mais vient s’ajouter le soutien de nombreux pays, l’empathie de nombreux français ainsi que la médiatisation par les articles de presse et les films, de la cause algérienne.

Développement :

Dans son livre, pages : 197 à 201 intitulé : « Et l’Algérie se réveilla » M.Kaddache énumère les étapes de l’histoire qui témoignent de la sympathie, de même les Français pour le peuple algérien opprimé sous le joug du colonialisme, voici ses explications :
En mars 1956, un communiste signe une pétition avec une trentaine de soldats pour interdire le port d’armes contre le peuple algérien. Il écope de deux ans de prison.
En 1957, la désertion d’un sergent
Parachutiste. Révolté, il s’enfuit, en sauvant la vie d’un prisonnier algérien.

La cause algérienne est médiatisée par un nombre d’intellectuels français, à travers le monde, à savoir « Jean Paul Sartre » le grand philosophe et écrivain français qui a participé, dans sa quête pour l’indépendance des pays du tiers- monde, à l’époque par ses écrits.
La tenue de congrès à la faveur de la vulgarisation de la cause Egypte, Tanger, au Maroc, Akra, au Ghana,
Le printemps 55, le FLN profite de l’aide proposée par les français.
Des avocats algériens et français se mobilisent pour défendre la cause algérienne, dans les tribunaux français.
D’après : Hervé Hamon et Patrick Rotman, dans leur livre : « les porteurs de valises » rapporté par M.Kaddache pages : 202-203 et selon les propos de Françoise Giroud qui évoque la fonction provocatrice des porteurs de valises, elle écrit : « selon M.Jeanson, et si j’ai bien compris, la colonisation doit être attaquée, partout et par tous les moyens comme l’une des plaies majeures. »
D’après « Hamon et Rotman », aussi et qui sont rapportés par M.Kaddache, dans son livre, déjà mentionné et aux pages : 193 et 194 explique que les soussignés Français déclarent :
Qu’ils refusent le port d’armes contre le peuple algérien. Que les Français doivent apporter de l’aide, aux Algériens opprimés et que la liberté des peuples colonisés est une façon de dire non au colonialisme. La fonction provocatrice des porteurs de valises et des insoumis Français est évoquée par les médias français.

Conclusion :
Tous ces facteurs réunis ont contribué à faire naître, d’ors et déjà, les prémices d’une liberté à conquérir, enfin le peuple opprimé pouvait attendre le lever du jour, après la nuit interminable et obscure du colonialisme.

][/left]

Mansour yamina
عضو نشيط
عضو نشيط

عدد المساهمات : 74
تاريخ التسجيل : 10/11/2012

معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

رد: Fiches de 3 AS Toutes les filières; pour profs et étudiants

مُساهمة من طرف HIHAT YASMINA في الأربعاء نوفمبر 13, 2013 3:32 pm

Embarassed 

HIHAT YASMINA
عضو جديد
عضو جديد

عدد المساهمات : 1
تاريخ التسجيل : 13/11/2013

معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة

- مواضيع مماثلة

 
صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى